La dépression et la psychose du post-partum ?

La dépression du post-partum

C’est une dépression – c’est-à-dire une maladie caractérisée par des perturbations de l’humeur – qui intervient chez la femme aux alentours de la naissance de son enfant.

La dépression du post-partum est fréquente : jusqu’à 15 % des femmes ayant accouché en souffriraient.

Il y aurait deux grandes tendances de dépression : des dépressions plutôt lentes, insidieuses, tristes, et des dépressions plutôt anxieuses. En réalité, chaque dépression est unique.

La dépression du post-partum est différente du baby blues, qui est une sorte d’association de tristesse et d’exaltation touchant environ une femme sur deux. Le baby blues apparait dans les 10 jours suivant la naissance, puis il disparait rapidement, avec peu ou pas d’aide. La dépression est plus longue et nécessitera souvent une aide, en particulier celle d’un psychiatre.

La psychose puerpérale

Dans ses formes les plus extrêmes, et lorsqu’il y a une certaine perte de contact avec la réalité (comme des délires, des hallucinations, des expériences de déréalisation ou de dépersonnalisation), on parle de psychose puerpérale. Elle est plus rare mais se soignerait plus facilement que la dépression du post-partum.

Vous ne savez pas ce que vous avez ?

C’est normal.

Ces termes de dépression et de psychose du post-partum sont peu connus et semblent distants.

Et si vous avez accouché récemment, vous n’avez peut-être pas le recul nécessaire pour savoir si votre mal-être relève du baby blues, d’une dépression ou d’une psychose, ou de rien de médical.

Ainsi n’hésitez pas à exprimer votre mal-être et à demander de l’aide, dès les premiers signes de celui-ci.

Pour savoir si vous êtes peut-être concernée par une dépression ou une psychose, lisez l’onglet Les signaux d’alarme.

Pour savoir où trouver de l’aide, lisez le chapitre 3 du Guide.